0
Rechercher

Article du Vendredi : William Durant

William James Durant (né le 5 novembre 1885 à North Adams, Massachusetts - mort le 7 novembre 1981), dit Will Durant, est un philosophe, un historien et un écrivain américain. Il est notamment l'auteur de nombreux articles de magazines ainsi que d'une Histoire de la Philosophie (The Story of Philosophy), et d'une Histoire de la Civilisation (The Story of Civilization), en 32 volumes, qu'il mit quarante ans à écrire avec l’aide de sa femme Ariel.


Dans sont livre « L'Histoire de la Civilisation », le chercheur américain Will Durant, a dit sur notre prophète Mohammed ( paix et bénédiction soient sur lui ) : « Si nous jugeons la grandeur à l'impact qu'a laissé un grand personnage sur les gens, nous pouvons dire que Mohammed a été une des plus grandes figures de l'histoire. Il a en effet pris sur lui-même pour élever le niveau spirituel et moral d'un peuple que la chaleur et l'aridité du désert ont jeté dans les ténèbres de la sauvagerie. Il a réussi à réaliser cet objectif à un niveau qu'aucun autre réformateur n'a atteint au cours de l'histoire. Très rarement nous trouvons quelqu'un qui accomplit réellement ce dont il rêvait. Ce ne fut pas seulement parce qu'il était une personne très religieuse, mais aussi parce qu'il n'y avait pas d'influence autre que celle de la religion pour motiver les Arabes de cette période à suivre le chemin qu'il poursuivait. Lorsqu'il commença sa mission, la terre de l'Arabie était un désert aride habité par quelques tribus polythéistes désunies. Et à l'heure de sa mort, elle était devenue une nation unifiée et solidaire. Il avait dompté l'anarchie du fanatisme et de la superstition et établi une religion prédominante sur le Judaïsme, le Christianisme et les anciennes croyances de son pays, une religion simple, clairvoyante et puissante, un bastion de moralité, d'honnêteté, de valeur et de fierté nationale. En l'espace d'une seule génération, il a été capable de triompher dans une centaine de batailles, de fonder une grande nation en un siècle, et de rester jusqu'à ce jour une puissance formidable dans toute la moitié du monde. »

Concernant maintenant la tolérance à l’époque omeyyade, je me contenterai de citer ces lignes tirées de The Story of Civilisation (L’Histoire de la Civilisation) de Will Durant : « A ces dhimmi - chrétiens, zoroastriens, sabéens, juifs - le califat omeyyade offrit un degré de tolérance rarement égalé dans les pays chrétiens contemporains. Ils pouvaient pratiquer librement leur foi et conserver leurs églises, à condition de porter un vêtement distinctif couleur de miel et de payer une capitation de un à quatre dinars (4,75 à 19 dollars) par an selon leur revenu. Cet impôt n’incombait qu’aux non-musulmans aptes au service militaire ; il ne frappait pas les moines, les femmes, les adolescents, les esclaves, les vieillards, les estropiés, les aveugles ou les très pauvres. En revanche, les dhimmi étaient dispensés (ou exclus) du service militaire, étaient exemptés de la taxe de deux et demi pour cent pour la charité de la communauté [1] et jouissaient de la protection du gouvernement. Leur témoignage n’était pas admis dans les tribunaux musulmans, mais on leur laissait leur autonomie sous leurs propres chefs, juges et loi. » [2]

Notes


[1] Cette taxe, terme utilisé par l’auteur pour désigner la zakâh, n’est pas payée sur le revenu annuel, mais sur le capital investi et les bénéfices. C’est par exemple la taxe sur les avoirs ou la taxe commerciale. D’autres type de zakâh, comme la taxe agricole, s’élèvent à 10% ou 5% selon le mode d’irrigation de la terre, et ce, conformément à la juridiction légale.

[2] Conférer The Story of Civilisation (L’Histoire de la Civilisation), tome 10, pages 369-370, traduction de François Vaudou, éditions Rencontre, mars 1963.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

  NEWSLETTER

©2020 by AL MUSLIM.

Tous droits réservés©