Rechercher

N°4 Spéciale Ramadan, Coran tefsir : Al Baqara n°2 verset 186

Dans la sourate Al Baqara (n°2), Allah a mentionné cinq versets (versets 183 à 187) qui mentionnent le jeûne du mois de Ramadan et ses règles.


Connaître le sens des versets du Coran est très important car c'est ainsi que l'on pourra les mettre en pratique.


Ainsi, dans ce document nous allons, avec la permission d'Allah, apporter certaines explications sur le sens de ces versets.


Explication du quatrième verset :


Allah a dit dans la sourate Al Baqara n°2 verset 186 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Et si Mes serviteurs t'interrogent à propos de Moi (1), certes Je suis proche (2).

J'exauce l'invocation de la personne qui m'invoque (3).

Ainsi qu'ils répondent à Mon appel et qu'ils croient en Moi et alors ils seront dans la droiture (4) ».


(1) Allah a dit (traduction rapprochée du sens du verset) : « Et si Mes serviteurs t'interrogent à propos de Moi ».


C'est à dire : si Mes serviteurs, les musulmans qui M'adorent, t'interrogent ô Muhammed !


Il est à noter que le fait qu'Allah dise -Mes serviteurs- et qu'Il n'ait pas utilisé une autre formulation montre le mérite de ces serviteurs d'Allah ainsi que la bienveillance qu'Il a à leur égard.

(Tefsir Sourate Al Baqara de Cheikh 'Otheimine vol 2 p 344, Ahkam Min Al Quran Al Karim de Cheikh 'Otheimine p 649)


(2) Allah a dit (traduction rapprochée du sens du verset) : « ...certes Je suis proche ».


La proximité d'Allah est à comprendre de deux manières.


La première est qu'Allah est proche de l'ensemble de Ses créatures par Sa science.

La seconde est qu'Allah est proche de Ses serviteurs qui l'adorent et l'invoquent en exauçant leurs invocations, en les guidant et en leur accordant Son aide.

(Taysir Al Karim Ar Rahman de Cheikh Sa'di p 86)


Dans ce verset, c'est le second type de proximité d'Allah qui est visé.

(Badai' Al Fawaid de l'imam Ibn Qayim vol 2 p 845)


(3) Allah a dit (traduction rapprochée du sens du verset) : « J'exauce l'invocation de la personne qui m'invoque ».


Dans ce verset, Allah encourage les serviteurs à multiplier les invocations.

(Tefsir Ibn Kathir vol 1 p 241)


Il y a deux types d'invocations : l'invocation de demande et l'invocation d'adoration.


L'invocation de demande désigne les demandes que les serviteurs font à leur Seigneur en disant par exemple : « Ô Allah ! Guide moi ; Ô Allah ! Pardonne moi ».

L'invocation d'adoration comprend toutes les formes d'adorations par lesquelles les serviteurs se rapprochent d'Allah comme la prière, l'aumône, le jeûne...

Ces adorations sont des invocations dans le sens où, lorsque la personne pratique ces adorations, c'est comme si elle demandait à Allah par son acte en disant : « Ô Allah ! J'ai prié et jeûné pour toi ainsi je Te demande de me récompenser ».

(Voir Majmou' Al Fatawa de Cheikh Al Islam Ibn Taymiya 10/237, Al Qawaid Al Hissan de Cheikh Sa'di p 154, Charh Boulough Al Maram de Cheikh 'Otheimine vol 15 p 430/431)


Ainsi ce verset comprend les deux formes d'invocations et le sens de l'exaucement de l'invocation de demande est qu'Allah donne à la personne qui demande tandis que le sens de l'exaucement de l'invocation d'adoration est qu'Allah récompense la personne qui l'adore.

(Badai' Al Fawaid de l'imam Ibn Qayim vol 2 p 836)


Remarque n°1 : Dans ce verset comme dans le verset qui suit, Allah a mentionné le fait qu'Il exauce les invocations de Ses serviteurs.


Allah a dit dans la sourate Ghafir n°40 verset 60 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Et votre Seigneur a dit : Invoquez moi et je vous exaucerai ».



Par contre, il y a des conditions précises qui doivent être respectées pour qu'Allah exauce chacun des deux types d'invocations.


Il y a trois conditions pour qu'Allah exauce l'invocation d'adoration et récompense la personne qui la pratique.

Ces trois conditions sont qu'il faut que la personne qui pratique l'adoration soit croyante, que l'acte soit pratiqué par sincérité envers Allah et pour se rapprocher de Lui seul et enfin il faut que l'acte soit conforme à la Sounna du Messager d'Allah (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui).


Si ces trois conditions sont rassemblées alors Allah exaucera l'invocation d'adoration de la personne et va la récompenser pour son acte.

Par contre s'il manque une de ces trois conditions alors l'acte est rejeté et la personne n'obtient aucune récompense pour celui-ci.


Ensuite, en ce qui concerne l'invocation de demande, il y a de nombreuses conditions pour qu'elle soit exaucée par Allah.

Ces conditions sont détaillé dans la rubrique Duas de l'application AL Muslim.


Pour le moment nous nous contenterons d'en citer trois à titre d'exemple :


1. Le fait d'invoquer avec présence du coeur et sans faire preuve d'inattention


D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Invoquez Allah en étant certains de l'exaucement et sachez qu'Allah n'exauce pas une invocation venant d'un coeur insouciant et inattentif ».

(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°3479 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)


2. Le fait de ne pas désespérer de l'exaucement


D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il est exaucé à l'un d'entre-vous tant qu'il ne s'empresse pas et dit : -J'ai invoqué mais on ne m'a pas exaucé- ».

(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6340 et Mouslim dans son Sahih n°2735)


3. Le fait de ne pas invoquer pour une chose interdite ou dans laquelle il y a une coupure des liens de parenté.


D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il ne cesse d'être exaucé au serviteur tant qu'il n'invoque pas pour un péché ou une coupure des liens de parenté et ne s'empresse pas ».

Quelqu'un a dit : Que signifie le fait de s'empresser ?

Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « C'est le fait qu'il dise : -J'ai invoqué et j'ai invoqué mais je vois que je n'ai pas été exaucé- et alors il perd espoir et délaisse l'invocation ».

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2735)


Remarque n°2 : L'exaucement de l'invocation par Allah ne signifie pas forcement qu'Allah donne à la personne ce qu'elle Lui a demandé.

L'exaucement de l'invocation peut prendre trois formes comme le montre le hadith suivant :

D'après Abou Sa'id Al Khoudri (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n'y a pas un musulman qui fait une invocation dans laquelle il n'y a pas de péché ou de coupure des liens de parenté sans qu'Allah ne lui donne une de ces trois choses : soit Il lui donne ce qu'il a demandé, soit il retarde l'exaucement pour lui dans l'au-delà, soit il le préserve d'un mal équivalent à ce qui a été demandé ».

Abou Sa'id (qu'Allah l'agrée) a dit : Nous allons donc multiplier les invocations !

Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Allah multipliera donc encore plus l'exaucement ».

(Rapporté par Boukhari dans Al Adab Al Moufrad n°710 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Adab Al Moufrad n°547)


(4) Allah a dit (traduction rapprochée du sens du verset) : « Ainsi qu'ils répondent à Mon appel et qu'ils croient en Moi et alors ils seront dans la droiture ».


C'est à dire : qu'ils appliquent les ordres d'Allah, s'écartent de Ses interdits et complètent leur foi en Lui et c'est ainsi qu'ils seront sur la bonne voie et la guidée.


En effet, lorsque le serviteur croyant applique les ordres de son Seigneur, Allah lui accorde la science bénéfique par laquelle le serviteur pourra différencier le vrai du faux, la guidée de l'égarement.


Allah a dit dans la sourate Al Anfal n°8 verset 29 (traduction rapprochée du sens des versets) : « Ô vous les croyants ! Si vous pratiquez la taqwa d'Allah, Il vous donnera un discernement ».


(Voir Ahkam Min Al Quran Al Karim de Cheikh 'Otheimine vol 1 p 650, Taysir Al Karim Ar Rahman de Cheikh Sa'di p 86 et 362)


Remarque n°1 : Dans le Coran, Allah a cité douze questions que les compagnons ont posé au Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) et Allah a donné la réponse à ces questions.

(Voir sourate n°5 verset 4, sourate n°2 versets 186/189/215/217/219/220/222, sourate n°17 verset 85, sourate n°18 verset 83, sourate n°20 verset 105)


Voici quelques exemples de ces versets :


Allah a dit dans la sourate Al Baqara n°2 verset 222 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Et ils t'interrogent à propos des menstrues. Dis : Ceci est une impureté... ».



Allah a dit dans la sourate Al Isra n°17 verset 85 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Et ils t'interrogent à propos de l'âme. Dis : L'âme relève de l'ordre de mon Seigneur... ».


Allah a dit dans la sourate Al Baqara n°2 verset 219 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Et ils t'interrogent à propos de ce qu'ils doivent dépenser en aumône. Dis : Le surplus des biens... ».


Dans tous ces versets, Allah a mentionné la question posée par les compagnons puis Il s'est adressé au Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) qui est l'intermédiaire entre Lui et Ses serviteurs pour la transmission de Sa législation en lui disant : -Dis- puis Il a mentionné la réponse.


Par contre, dans ce verset de la sourate Al Baqara sur l'invocation, Allah a dit : -Et si Mes serviteurs t'interrogent à propos de Moi, certes Je suis proche-.


Quelle est la sagesse pour laquelle Allah a modifié la formulation et n'a pas dit : -Dis : Certes Je suis proche- ?


La réponse est qu'Allah a voulu montré par cela qu'en ce qui concerne l'invocation, il n'y a aucun intermédiaire entre Lui et Son serviteur.


Et ceci est une croyance à laquelle le coeur du croyant doit être fermement accroché : Le serviteur est pauvre et ne peut pas se passer de l'aide de son Seigneur ne serait-ce que le temps d'un clignement d'oeil tandis qu'Allah est riche et généreux et Il aime qu'on lui demande et que l'on s'humilie devant Lui.

Ainsi le serviteur doit multiplier les demandes à Son Seigneur et ne doit s'adresser qu'à Lui uniquement.

(Voir Tashih Ad Dou'a de Cheikh Bakr Abou Zayd p 30)


Remarque n°2 : Cheikh Sa'di a dit : « Il y a dans ce verset une allusion à propos des causes qui entrainent l'exaucement des invocations.

Ces causes se reposent sur la foi en Allah et sur le fait de parfaire la soumission envers Lui en appliquant Ses ordres et en s'écartant de Ses interdits.


Et il y a également dans le verset une allusion à propos des causes qui empêchent l'exaucement des invocations.

Ces causes sont le fait de ne pas compléter et parfaire la foi en Allah ainsi que de délaisser la soumission envers Lui.

Ainsi le fait de manger des choses interdites et de commettre des péchés sont des causes qui empêchent l'exaucement des invocations ».

(Taysir Al Latif Al Mannan Fi Khoulasati Tefsir Al Quran de Cheikh Sa'di p 112)


Remarque n°3 : Quelle est la sagesse pour laquelle Allah a mentionné ce verset sur l'invocation au milieu des versets sur le jeûne ?


Allah a mentionné ce verset au milieu des versets sur le jeûne après avoir mentionné la fin du mois de jeûne dans le verset précédent et avant de mentionner la fin de la journée de jeûne dans le verset suivant.

La sagesse derrière cela est qu'Allah a voulu mettre en évidence que le mois de Ramadan est un mois d'invocation, un mois durant lequel les invocations sont proches de l'exaucement.

Ainsi cela est une allusion vers le fait que le jeûneur doit multiplier les invocations durant le jeûne et en particulier au moment de la rupture du jeûne et à la fin du mois.

(Voir Tefsir Ibn Kathir vol 1 p 241, Tefsir Sourate Al Baqara de Cheikh 'Otheimine vol 2 p 344, Tashih Ad Dou'a de Cheikh Bakr Abou Zayd p 505)


D'après Anas Ibn Malik (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y a trois invocations qui ne sont pas repoussées (1) : l'invocation du père, l'invocation du jeûneur (2) et l'invocation du voyageur ».

(Rapporté par Al Bayhaqi dans Al Sounan Al Koubra n°6392 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1797)


(1) C'est à dire qu'elles sont exaucées.


(2) L'imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : « Il est recommandé au jeûneur, durant son jeûne, d'invoquer pour les choses importantes de sa vie dans l'au-delà et de sa vie d'ici-bas pour lui et pour les gens qu'il aime parmi les musulmans comme le montre le hadith.

L'invocation du jeûneur est recommandée du début de la journée jusqu'à la fin car dans tout ce laps de temps il est appelé -jeûneur- ».

(Al Majmou' Charh Al Mouhadhab vol 6 p 422)


D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y a trois personne dont l'invocation n'est pas repoussée : le gouverneur juste, le jeûneur lorsqu'il rompt son jeûne et l'invocation de la personne qui subit une injustice ».

(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2526 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)